Sur le terrain : la vie AVEC et SANS électricité…

Du 19 au 29 mars 2019, le lancement des études de faisabilité                                   se poursuit avec les parties prenantes

Mardi 19 mars 2019 

  • Rencontre au Ministère de l’Energie, consultant et chefs d’équipes de la mission MCC en échange avec les parties prenantes sur les différents aspects du processus de mise en œuvre du Compact.
  • Réunion des consultants et membres de l’équipe du MCC avec la Direction de la SONABEL, phase d’observation des objectifs et des travaux qui l’impliquent.

Mercredi 20 mars 2019 

  • Réunion avec les consultants du volet « consultation publique/participation des parties prenantes »
  • Réunion de travail avec la SONABEL portant sur le mode d’examen du plan et le modèle du réseau ainsi que le plan de simulation à réaliser par les consultants DFS.
  • Réunion avec l’ABER sur l’analyse globale du processus de développement du compact.

Mercredi 20 mars 2019 : cérémonie d’installation formelle du groupe de travail pour l’appui au développement des projets du second compact du Burkina. visite des infrastructures de distribution de la SONABEL.

Jeudi 21 mars 2019 : Séance de travail autour de l’étude sur la volonté à payer
La volonté à payer, wellingness to pay en anglais, est un outil scientifique qui permet de mesurer le bénéfice que les ménages et entreprises vont tirer des infrastructures de distribution de l’électricité (autrement, quel est le bénéfice des investissements pour eux ?).

Cette volonté à payer dépend de la qualité de service attendue, espérée… Un projet de questionnaire pour évaluer cette volonté à payer sera produit et soumise aux différents acteurs avant l’administration selon les règles de l’art dans le domaine. Ce travail se fera en étroite collaboration avec l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD).

Vendredi 22 mars 2019 (fin de la semaine 1 du lancement des études de faisabilité) : réunion avec la SONABEL, sorties sur le terrain avec les consultants travaillant sur les questions environnementales, présentation de l’étude menée par l’UCF-Burkina sur la projection de la demande d’électricité et enfin debriefing de cette première semaine. Tour à tour, les équipes ont fait le point de leurs concertations et des travaux en cours (Environnement, Genre et inclusion sociale, Secteur privé, qui selon le MCC « doit aller de l’avant »…).

Lundi 25 mars 2019 : journée de travail avec l’équipe MCC, UCF-Burkina et les membres du groupe de travail sur la Feuille de route du secteur de l’électricité du Burkina Faso. Définition des objectifs de la rencontre, Gestion et coordination des contrats.

L’objectif général de l’étude Feuille de route (FdR) est de tracer et définir les sillons permettant d’atteindre la viabilité financière, de renforcer la gouvernance, et d’améliorer la performance du secteur de l’électricité.

Il s’agit de donner au secteur de l’électricité une Feuille de Route à long terme au service de la politique énergétique du Burkina Faso et de contribuer à la conception du projet 1            «Renforcement de l’efficacité du domaine de l’électricité » dans le cadre du second Compact. Résultats attendus :

  • Développer une FdR optimale permettant de clarifier et de renforcer le cadre politique, régulatoire, organisationnel et institutionnel du secteur
  • Etablir les plans d’action correspondants pour la période 2020- 2035
  • Engager l’ensemble des parties prenantes tout au long du processus et faciliter l’adhésion de tous quant aux orientations stratégiques proposées.

Mardi 26 mars 2019

  • Séance de travail entre l’équipe Feuille de route du secteur de l’électricité (CPCS, PWC) et la SONABEL, en présence du MCC et de l’UCF-Burkina. Au menu des échanges : la vision stratégique de la SONABEL au regard de la nouvelle loi énergétique (loi 014 du 20 avril 2017).
  • Réunion avec les Partenaires Techniques et Financiers. Présentation des objectifs et approches de l’activité de la feuille de route par le Consultant.

Sur le terrain : la vie AVEC et SANS électricité

Du 23 au 26 mars, le programme prévu pour le lancement des études de faisabilité s’est poursuivi avec des réunions, des visites, des sorties sur le terrain au contact des populations et des autorités à Bobo, Bazoulé et Dédougou.

Etre connecté au réseau SONABEL a ses grands avantages mais aussi ses contraintes (coupures, quantité insuffisante, facture, qualité du service…) mais être hors réseau est aussi une vraie gageure même si les lampes chinoises et les plaques sont là… (encore faut-il pouvoir bien les entretenir !!).

Comme nous a dit une maman à Torouba “un chat a attrapé ma poule hier et si j’avais l’électricité, je l’aurais localisé vite fait mais dans cette nuit noire, j’ai dû arrêter mes recherches”.

Le 23 mars 2019 : les experts et consultants économistes et Genre se sont rendus à Bazoulé sur le terrain au contact des populations qui sont hors réseau SONABEL. Un focus groupe avec l’ASFUD, une association très dynamique de la zone, a permis de se rendre compte des fortes attentes des populations quant à une électricité accessible, de quantité et de qualité. Ils ont aussi visité Borgo, un quartier non électrifié de Ouagadougou où les ménages et entreprises espèrent le réseau SONABEL.

Du 23 au 25 mars 2019 : les experts et consultants des infrastructures se sont rendus à Bobo-Dioulasso.

Du 24 au 26 mars 2019 : le programme prévu pour le lancement des études de faisabilité s’est poursuivi avec des réunions, des visites, des sorties sur le terrain au contact des populations et des autorités à Dédougou.

Lundi 24 mars 2019

Sur la route de Dédougou, la mission a fait un arrêt à Sabou  pour visiter la descente du câble de garde (technique permettant d’alimenter une localité à partir d’une ligne haute tension) et  à Moudasso, village électrifié.

A Dédougou, la mission a rencontré Monsieur Ouattara Harouna, le Directeur régional de l’économie et de la planification qui, après une brève séance de travail, a conduit l’équipe au Haut-Commissariat de la Boucle du Mouhoun pour une visite de courtoisie en l’absence du Gouverneur de la BMH.

Puis ce fut le départ pour le village non électrifié de Torouba ; ce village a une plate-forme multifonctionnelle gas-oil avec une formidable association de femmes qui en assure la gestion. Des focus groupe  séparés hommes et femmes ont permis de récolter des informations de qualité sur la problématique de l’électricité dans le village.

La journée s’est poursuivie avec des réunions et des visites de grande  qualité : usine de région  SOFITEX, projet Canadien d’électrification, appelé Energie et croissance économique durable dans la boucle du Mouhoun (ECED- Mouhoun), les groupements Hala Komi de Madame Millogo Cécile (transformation de céréales et de produits forestiers non ligneux), Burkina journalier de Madame Yaméogo Regma (17 femmes engagées dans la transformation du manioc  en plus de 16 produits différents !) et Koles Production de Madame Ouédraogo Sidonie (laiterie)…

Le mardi 26 mars 2019, la journée a été tout aussi active, avec un focus groupe dans le village électrifié de Moundasso, à côté de Dédougou. Ici, la mauvaise qualité de l’électricité a été mise à l’index, avec des pertes de production de produits alimentaires dues aux coupures, des pannes d’outils de production…

Des visites ont été faites à la DR/SONABEL, à la DR Eau et assainissement, dans des quartiers non électrifiés à Dédougou (où on trouve des structures sociales comme des écoles, des centres de santé, et divers projets…), à l’entreprise VITA VIIM (transformation de produits forestiers non ligneux) et à l’atelier ETAF 3MC de travail de métaux (soudure, fabrication d’outils agricoles).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here