Le second Compact du Burkina, un don américain pour “Réduire la pauvreté par la croissance économique”

Second Compact du Burkina axé électricité

Un don américain pour plus de croissance économique et de réduction de la pauvreté

Le second Compact du Burkina réalisera d’importants investissements pour améliorer l’accès des ménages et des entreprises à une électricité suffisante et de meilleure qualité. Il en découlera une activation des initiatives privées qui généreront plus de croissance économique et de réduction de la pauvreté.

Monsieur Kaboré Tambi Samuel, Coordonnateur national de l’Unité de coordination de la formulation du second compact, évoque des questions d’intérêt liées à cet ambitieux programme.

Agence Oméga(nom) : Le Gouvernement burkinabé et le MCC viennent de signer l’Aide-mémoire sur les points de réforme dans le cadre du second compact du Burkina Faso.  Qu’est-ce que cela représente dans l’opérationnalisation du Second Compact ?

Samuel T. Kaboré (coordonnateur national) : L’aide-mémoire rassemble les conditions et les engagements du Gouvernement du Burkina Faso nécessaires à la signature, l’entrée en vigueur et la mise en œuvre du second compact. Il définit les jalons à franchir pour atteindre chacune des étapes à venir du Compact.

Agence Oméga(nom) : Quelles sont les grandes réformes envisagées dans le secteur de l’énergie au Burkina Faso ?

Samuel T. Kaboré : Parmi les réformes proposées, trois réformes majeures méritent une attention particulière à savoir : (i) l’optimisation du cadre juridique et institutionnel, (ii) la rationalisation des subventions et des tarifs, (iii) le renforcement de la régulation.

Ces réformes visent l’atteinte des objectifs stratégiques de long terme du domaine de l’électricité, tels que définis dans la Stratégie 2019-2023 du domaine de l’énergie adoptée par le Gouvernement du Burkina Faso. Les réformes à engager offrent de réelles opportunités de corriger les déficits structurels du domaine, d’améliorer le service public d’électricité et de créer un environnement favorable aux investissements.

Agence Oméga(nom) : En tant que Coordonnateur National de l’Unité de coordination de la formulation du Second Compact, pouvez-vous nous éclairer sur les missions qui sont les vôtres ?

Samuel T. Kaboré : Créée par décret N°2017-210 du 19 avril 2017, l’Unité de Coordination de la Formulation du second compact du Burkina Faso (UCF-Burkina) a pour principale mission de « conduire, au nom de l’Etat burkinabè, le processus d’élaboration du deuxième compact, conformément aux priorités du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) et aux procédures du Millennium Challenge Corporation (MCC) ». Le Coordonnateur anime et coordonne les activités de formulation du second compact, en coordination avec le MCC, et rend compte à la Primature et au Gouvernement !

Agence Oméga(nom) : Quelles sont les différentes étapes qui ont été franchies jusqu’à ce jour dans la formulation du Second Compact ?

Samuel T. Kaboré : Le processus d’élaboration du second Compact est décomposé en quatre (4) phases. Les trois premières phases sont achevées. Il s’agit de : (i) la phase 1 consacrée à l’analyse des contraintes à l’investissement privé et à la croissance économique qui s’est déroulée d’avril à août 2017, (ii) la phase 2 portant sur l’analyse des causes profondes des contraintes identifiées qui s’est déroulée de septembre 2017 à janvier 2018, (iii) la phase 3 qui a porté sur la définition des projets potentiels du compact (février- juin 2018) et s’est achevée par trois documents de projets adoptés en Conseil des Ministres le 20 juin 2018 et validés par le MCC.

La phase 4 consacrée au développement du Compact est en train de finir. Le document de Compact fera l’objet de négociation en avril 2020, suivie de la signature courant juin-juillet 2020.

Agence Oméga(nom) : Quelles sont les méthodes de travail à l’UCF-Burkina pour atteindre les missions à vous confiées ?

Samuel T. Kaboré : L’UCF-Burkina met en œuvre une approche participative et inclusive. Dans chacune des quatre étapes du processus de formulation du second compact, les travaux des experts internes à l’UCF et des cabinets d’expertise sont soumis aux parties prenantes (Etat, Secteur privé, société civile, PTF) pour examen et validation à travers des Groupes de travail, des ateliers, des réunions etc. Les documents validés sont soumis à l’adoption du Gouvernement en Conseil des Ministres avant leur transmission officielle au MCC.

Agence Oméga(nom) : Pouvez-vous nous présenter les trois projets identifiés pour la phase opérationnelle du Second Compact ?

Samuel T. Kaboré : Les trois projets proposés sont : (i) le Projet Renforcement de l’efficacité dans le Domaine de l’Electricité (PREDEL) visant à améliorer la régulation et les politiques, à clarifier la coordination organisationnelle et institutionnelle du secteur, ainsi qu’à renforcer l’environnement propice à la réalisation des investissements du secteur privé ; (ii) le Projet Accroissement de l’Offre d‘Electricité moins couteuse (PADOEL) visant à améliorer la gestion de l’offre et la fiabilité de l’électricité ; (iii) le Projet Réseaux et Accès à l’Electricité (PRAEL) visant à améliorer les réseaux de transport et de distribution afin d’étendre l’accès des ménages et des entreprises à l’électricité.

Agence Oméga(nom) : A quoi peuvent s’attendre les Burkinabé en termes d’impacts de ces projets ?

Samuel T. Kaboré : Il faut rappeler que le Compact américain est un don avec des investissements attendus évalués à plusieurs centaines de milliards de FCFA. Pour chacun des trois (3) projets, le Compact vise les objectifs ci-dessous.

Le projet PREDEL devrait aboutir au renforcement de la gouvernance, de la régulation du domaine de l‘électricité ainsi que des capacités des acteurs.

Le projet PADOEL devrait contribuer à réduire les coûts de production, les délestages causés par le manque de production, les interruptions causées par l’instabilité du réseau.

Le troisième projet (PRAEL) devrait améliorer la capacité du réseau pour satisfaire au mieux la demande d’électricité. L’accès des ménages et des entreprises à une électricité suffisante et de meilleure qualité conduit à plus de croissance économique et de réduction de la pauvreté.  

Agence Oméga(nom) : Après la signature de l’Aide-mémoire, quel est la suite du processus ? A quand notamment le début des travaux ?

Samuel T. Kaboré : Les étapes à venir sont les suivantes : (i) le MCC produit et présente un mémorandum d’investissement à son comité d’investissement en février 2020, (ii) une mission du Gouvernement du Burkina Faso se rend à Washington en début avril pour les négociations, (iii) le document du Compact est soumis au Conseil d’Administration du MCC en juin 2020, (iv) la signature officielle du Compact se tient en juin ou juillet 2020, (v) une phase de préparation de 12 à 18 mois est organisée pour mettre en place le MCA-Burkina Faso II et réaliser les arrangements institutionnels et contractuels avec les acteurs de mise en œuvre, (vi) l’entrée en vigueur et la mise en œuvre à partir de mi-2021 au plus tôt pour une durée de 5 ans.

Agence Oméga(nom) : A cette étape, qu’en est-il du Compact régional dont doit bénéficier notre pays ?

Samuel T. Kaboré : Le processus du Compact régional se poursuit. Les investigations sur des projets intégrateurs régionaux portent sur : (i) le corridor routier Ouaga-Abidjan, (ii) l’interconnexion électrique de plus grande capacité entre Ferkessédougou-Bobo-Ouaga en remplacement de la ligne Bolgatanga-Bobo qui a été abandonnée suite à un défaut du Ghana dans ses engagements avec le MCC. L’UCF-Burkina communiquera aussitôt que le processus connaitra des avancées significatives.

Les sigles MCC, MCA 

La Millennium Challenge Corporation (MCC) est une agence gouvernementale américaine créée en janvier 2004 pour la gestion d’un Fonds américain dénommé le Millennium Challenge Account (MCA) afin d’assurer l’efficacité de l’aide publique américaine au développement et de « lutter contre la pauvreté à travers la croissance économique ». Lorsqu’un pays bénéficie d’un Compact, la structure nationale de mise en œuvre prend la dénomination de MCA suivi du nom du pays bénéficiaire, tels que MCA-Burkina, MCA-Bénin, MCA-Sénégal, etc.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here